Varennes-en-Argonne


- Code Postal : 55270
- Code Insee : 55527
- A1titudes : 192 à 218 m
- Superficie : 1181 hectares
- Lien :
Communauté de communes Argonne-Meuse
- Population :


Période dépouillée :

1671-1902 terminé

- AD et TD = Archives Départementales (pour les photos des actes, voir le site des Archives).

Précisions sur les registres :

- Les archives commencent en 1672 avec des TD 1803-1902.

Histoire et patrimoine :

- Situé à la limite des provinces de la Belgique première et de la Belgique seconde.
- Ancienne capitale administrative du Clermontois.
- Au Xe passa du temporel des évêques de Verdun dans le domaine des comtes de Bar qui fortifièrent la partie haute de la ville (le château, par opposition au bourg ou quartier bas).
- Siège de prévôté barroise. Diocèse de Reims.
- En 1243, le comte Thiébaut II de Bar l'affranchit à la loi de Beaumont.
- Du XVe au XVIe, relevait des ducs de Lorraine.
- En 1648, détaché de Lorraine et passa dans l'apanage de la famille du Grand Condé qui garda le Clermontois jusqu'à la Révolution.
- Dans la nuit du 21 juin 1791, après l'avoir reconnu à Sainte-Menehould, Jean-Baptiste Drouet y fit arrêter Louis XVI, qui essayait de rejoindre l'armée du marquis de Bouillé dans la région de Montmédy.
- Le roi passa la nuit dans la maison du procureur Sauce, puis fut prié de rejoindre Paris.
- Totalement détruit en 1914/18, petite ville restaurée après la guerre.
- Patrie de : l'homme politique Aimond (1850-1917) ; des députs Lallemand (1773-1838), Mangin (1744-1809), et Mauclerc (1754-1834) ; du procureur Sauce (1755-1825) ; de Monseigneur Charles Aimond (1874-1968), historien ; 2 généraux sont morts à Varennes en 1825 : le général Elie (1746-1825), l'un des vainqueurs de la Bastille et le général baron Radet (1762-1825), grand prévôt de l'armée impériale.
- Chef-lieu de canton depuis 1790.
- Substructions d'une villa gallo-romaine au lieu-dit Pré Marquet. Cimetière IVe.
- Trésors de monnaies romaines.
- Sépultures mérovingiennes au lieu-dit l'Homme-Mort.
- Église Notre-Dame-de-l'Assomption XIIe/XIVe, détruite durant la Première Guerre mondiale elle a été reconstruite à l'identique avec un clocher néo-classique et la façade du XVIIIe siècle. L'édifice est classé au titre des monuments historiques depuis 1914.
- Possédait une église Saint-Pierre à la Ville-Haute, qui était la chapelle castrale.
- Musée d'Argonne retrace le passé du village et de sa région, depuis l'époque gallo-romaine jusqu'au XXe siècle, en passant bien sûr par l'arrestation de Louis XVI et les sombres années de la Première Guerre mondiale.
- À côté de ce musée, se dresse le mémorial de Pennsylvanie, édifié en 1927 par l'État américain de Pennsylvanie à la gloire des troupes de cet état, part du Corps expéditionnaire américain, qui libérèrent Varennes.
- Tour de l'Horloge XVIIIe, sur l'emplacement du château féodal, avec la plaque commémorant l'arrestation de Louis XVI. Elle est objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis 1989.
- Abris du prince Rupprecht de Bavière construits en 1915 par les troupes allemandes en forêt d'Argonne, objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1922.
- Chapelle de l'hospice de sœurs de Saint-Charles. Hospice dès 1291 aux antonistes puis aux sœurs de Saint-Charles de Nancy, reconstruite après 1918, actuellement maison de retraite.

Activités anciennes :

- 4 moulins, filature, huilerie, tuilerie, papeterie, 5 poteries, 2 brasseries.

Personnage :

Jean Nicolas Mangin (5 janvier 1744, Varennes - 26 novembre 1809 à Mouzon) est un homme politique français, député du tiers état en 1789 et maire de Mouzon.

Accès Réservé Cantonnier Copyright 2007 - Nb total de visiteurs: 729593
Nb de visiteurs aujourdhui: 420
Nb visiteurs connectés: 60